François Fillon nie toute implication dans le vol de la cravate d’Arnaud Rebotini

Il n’aura pas fallu attendre trop longtemps en ce début d’année pour que naisse le premier “gate” lié à la musique électronique.
En effet, l’affaire de la “cravategate” d’Arnaud Rebotini commence à faire grand bruit sur les réseaux sociaux.

Rappel des faits. Alors qu’il se produisait lundi soir à Pantin pour la WebTv Cercle, le producteur français s’est fait dérober une cravate qui lui avait été offerte par sa femme le matin même.

Les soupçons se sont rapidement portés vers François Fillon connu pour son goût immodéré pour les costumes à bas prix.

Des allégations immédiatement démenties dans un communiqué. L’ex-candidat malheureux de la droite à l’élection présidentielle a en effet nié toute implication dans ce que l’on considère déjà comme l’affaire de l’année.

Selon une source AFP proche du dossier, à l’annonce du vol de la cravate plus tôt ce matin, François Fillon se serait exclamé “ça y est, ça va encore me retomber dessus !”.

J’ai pour plus de 56 000 € de costumes Arnys, qu’est-ce que je foutrais d’une pauvre cravate à 10 balles. En plus, je ne vais sûrement pas porter un bien appartenant à quelqu’un qui a composé la musique d’un film faisant l’apologie de l’homosexualité” aurait-il poursuivi.

L’enquête avançant à grands pas, il apparaît de plus en plus improbable que Mr Fillon soit le vil voleur. Un homme de race blanche portant une casquette blanche aurait été vu sur les caméras filmant l’événement.

Selon toute vraisemblance, l’homme qui s’est accaparé la cravate aurait laissé ses neurones chez lui.

Il est vrai qu’il est difficile d’imaginer un être doué d’intelligence commettre un vol pendant un concert dont le concept est d’être filmé par une multitude de caméras. Et pourtant.

Laisser un commentaire