Cinq différences entre un poulet et une table de mixage

Les cinq différences entre ces deux objets vont vous laisser bouche bée.

1. Un poulet est vivant. Enfin, il l’a été. Une table de mixage ne vit pas en soi, au sens Sartrien du terme. On peut l’allumer et l’éteindre certes, contrairement au poulet que l’on peut tuer. Vous pouvez aussi tuer votre table en la jetant du 5e étage. Vous pourrez ainsi la considérer comme “morte” effectivement. Elle ne fonctionnera plus, vous aurez balancé votre argent par la fenêtre et vous aurez l’air d’un con.

2. Jusqu’à preuve du contraire, une table de mixage ne se mange pas. Les potentiomètres, métal, leds ou autres faders vont être beaucoup plus difficiles à digérer qu’une cuisse de poulet fermier bien cuit et badigeonné de moutarde (afin que la peau soit bien croquante bien sûr).

3. Vous ne pouvez pas mixer de la musique avec un poulet même en trifouillant ses ailes ou ses cuisses tout en ayant préalablement brancher vos platines dans ce qu’était feu son anus.

4. Essayez donc de mettre votre table de mixage au four et vous verrez ce qu’il se passera. Vous aurez à la fois ruiné votre table mais aussi votre four. Double combo, pauvre débile.

5. Ami DJ, à ton avis, quelle serait ta réaction si on te proposait de mixer sur un poulet en soirée ? Oui voilà, on s’est compris.

Un commentaire

  1. tr0!!
    tr0!! at |

    En fait, techniquement, tu peux faire de la musique avec un poulet en trifouillant ses ailes ou ses cuisses. En utilisant un makey-makey, je suis sûr que c’est possible.

    Reply

Laisser un commentaire