Un fêtard invétéré repousse l'âge de sa retraite à 45 ans

Justin Grimly, un fêtard de 39 ans de Liverpool, a décidé aujourd’hui de repousser l’âge de sa retraite de la fête à 45 ans au lieu de 40 comme il l’entendait auparavant.
« Quarante est l’âge limite que certains de mes amis se sont fixés pour arrêter de faire la teuf » explique Justin qui vivait dans la supposition que la trentaine était déjà une décennie limite pour continuer à se la donner sur un dancefloor.
« J’avais l’intention d’en rester là… Ranger les accessoires au placard, finir sur une bonne note après la fin de la saison à Ibiza, et finalement je pense que je peux encore repousser de quelques années » poursuit-il.
« J’en ai sous le capot, je suis encore jeune, mes jambes sont toujours là, et, plus important, j’ai toujours beaucoup de passion pour la scène« .
Justin insiste sur le fait qu’il n’a pas pris cette décision pour ensuite faire la fête à la légère. Il va mettre un point d’honneur à finir en beauté avant une retraite méritée et définitive.
« Il y a des tas de trucs que je n’ai pas encore fait » explique t-il. « Burning Man, Goa et les festivals des pays de l’Est sont des choses que je veux expérimenter. Avoir des enfants maintenant quand il y a tellement de choses à faire, ce ne serait pas sérieux ».
Justin affirme que, bien qu’il ait ralenti sa consommation de drogues depuis 2010, année où il a battu son record personnel de 200 pilules au cours d’un mois d’été, il a encore beaucoup à offrir et il est heureux de sa décision.
« Je n’ai pas d’enfants, toutes mes dents, et bien que je suis parfois embarrassé d’être le plus vieux à certaines soirées, je ne peux pas m’arrêter de raver. Je n’imagine pas un seul instant de rater tous les beaux plateaux qu’on nous offre, c’est impossible ».
Le volte-face de Justin a été accueilli avec joie par ses amis qui font encore la fête régulièrement. « C’est une légende et je suis heureux qu’il ne parte pas à la retraite » nous dit un de ses amis. « La façon dont il assure en soirée, son excellent travail sur la drogue et son niveau incroyable de kiffage de son est une merveille. J’espère que quand j’aurais quarante balais, je serais comme lui ».
« C’est clairement un modèle pour tous les jeunes qui découvrent ​​la scène. C’est la preuve vivante que si vous buvez et que vous vous droguez régulièrement dans un esprit un peu louche alors vous pouvez avoir une réelle endurance et ne jamais arrêter de faire la fête » conclut un autre admirateur.
Source : Wunderground
 

Articles associés

Nouvel An's Party 13 > 14
À la traditionnelle rave de Noël, un fêtard affirme "avoir vu Dieu"
Nuits Fauves : "Quelques OD, des viols et des prestations non payées ne sont que de dommages collatéraux. The show must go on"
Annulation I Love Techno : des dizaines de dealers mettent la clé sous la porte

6 Commentaires

Laisser un commentaire

porta. diam Praesent risus. justo venenatis id, neque. Sed