Spécial Primaires : quel est votre DJ de droite préféré ?

En attendant de savoir qui de gros sourcils ou de couille flétrie va pouvoir parader à l’issue des primaires et faire chauffer sa CB au Fouquet’s, Ravelations vous offre un tour d’horizon des DJs de droite parmi sept prétendants au titre.

Les grands gagnants

Justice : « La croix et la bannière »
Un groupe qui s’appelle Justice, qui fait de la croix latine son emblème et propose un clip (Stress) stigmatisant le comportement de ces énergumènes habitant des immeubles à plus de 6 étages en périphérie urbaine, ne laisse aucun doute sur son positionnement sur l’échiquier politique.
Laurent Garnier : « Le meilleur d’entre nous »
Contrairement à son homonyme du PCF (Parti Communiste Français) et à ce qu’on pourrait penser, notre Lolo national est bel et bien droitier. Sinon, comment expliquer ses sets all night long qui bafouent régulièrement les 35h ?

Les loosers

Mézigue : « Le gars sûr »
Porter un masque de Chirac une fois, c’est marrant. Le porter dans chaque clip, c’est soit une publicité cachée pour le Musée du Quai Branly, soit un plébiscite pour l’homme au mulot. Voter pour Mézigue, c’était affirmer votre nostalgie d’un temps où les affaires faisaient pssssschittttt comme un vieil effet de House filtrée.
Club Cheval : « La branche bourgeoise »
Les canassons, c’est clivant : jamais on ne verra un « sans dent » remporter le Grand Prix de l’Arc de Triomphe, ni un coco s’offrir un pur-sang. Le cheval restera toujours l’apanage des bourgeois et des royalistes parmi lesquels figurent en bonne place CanBlaster, Myd, Panteros666, Agoria et ses Nuits de bourges mais aussi Sam Tiba.
The Pilotwings : « La fin de l’assistanat »
Contrairement à bon nombre de nos confrères, nous ne sommes pas dupes : leur morceau RSA se moque ouvertement de cette population qui ne cherche pas à vouloir s’élever socialement. Et on les félicite d’oser s’aventurer sur un tel terrain.
1977 : « Le bon vieux temps »
Un nom loin d’être anodin quand on sait qu’en France, cette année a vu le taux normal de TVA passer de 20 à 17,6 %, Chirac devenir Maire de Paris et les catholiques traditionalistes occuper l’église Saint-Nicolas-du-Chardonnet. Tout sauf un hasard.
DJ AZF : « Le retour d’une France forte »
Seule candidate de cette primaire, AZF souhaite redonner à la France sa puissance industrielle d’antan, en mettant notamment au premier plan son secteur pétrochimique trop longtemps délaissé. Son nom a d’ailleurs été choisi en écho à ce combat bien éloigné des discours éco-responsables de ces connards de hippies qui trient leurs déchets et dénigrent le nucléaire, cette énergie propre qui fait notre fierté.

Arnaud Rollet

Articles associés

Il est musclé, tatoué tribal et bronzé aux UV mais n'est pas DJ TechHouse
Un jeune fan de Techno aime subitement un mix d'un DJ après avoir appris de qui il s'agissait
Nina Kraviz écrit une grande lettre au Père Noël pour expliquer combien elle a été gentille cette année
“Your girlfriend prefers 12 inches”

Laisser un commentaire

eleifend ultricies mattis justo Aliquam venenatis dictum ipsum consectetur lectus