La mairie de Roubaix saisit la justice pour refuser le prénom "Taz"

La mairie de Roubaix vient de saisir la justice pour faire annuler le prénom « Taz », a-t-on appris ce mardi auprès du parquet de la ville. Ce dernier a été choisi par la mère d’un nouveau-né la semaine dernière.
Une information révélée par nos confrères de la Voix Du Nord dans leur édition de samedi.

Une idylle à Concrete

C’est à l’occasion du salon de la coiffure à Paris en février dernier que Jessica, une jeune coiffeuse originaire de Roubaix se rend à Concrete. C’est là qu’elle fait la connaissance de Romain avec qui elle entretiendra une relation éphémère, qui donnera naissance à un petit garçon mardi dernier.
« Je voulais absolument que mon enfant porte le prénom de Taz, en mémoire de cette fin de soirée de ouf que nous avons passé avec Romain » a-t-elle confié au journaliste de la Voix Du Nord.

Une affaire qui en rappelle une autre

Un jeune couple de Dunkerque (décidément les gens du Nord…) s’est vu refuser le prénom de MDMA pour leur enfant né en juillet 2017.

Selon toute vraisemblance la justice devrait refuser à Jessica X que son enfant s’appelle “Taz” . Pour justifier cette décision, le magistrat invoque la perception de ce mot dans l’opinion publique et principalement chez les jeunes. « Ce prénom est nécessairement associé au mouvement techno et à la prise de drogues », a-t-il ainsi expliqué.

Coup dur pour Jessica qui, comme la plupart de ses amies, elles aussi mères célibataires, va devoir se rabattre sur un prénom plus commun dans la région, comme “Kevin”.

Articles associés

Concrete lance "JANVRIL", une soirée non stop du mois de janvier au mois d'avril
Koh Lantaz à Ibiza : les candidats devront survivre avec 5g de cocaïne et 6g de MDMA par jour
Sven Marquardt se fait refouler de Concrete
Concrete Banking, le nouveau projet de l'équipe des Concrete

Laisser un commentaire